Atlas de la biodiversité communale
Les amphibiens


Salamandres et tritons

Les Urodèles
Salamandre tachetée
La salamandre tachetée (Salamandra salamandra) se distingue des tritons par sa queue cylindrique et est facile à reconnaître avec ses deux lignes de grandes taches jaunes sur fond noir.

Elle peut être active toute l’année mais se cache dans la journée sous des souches, des pierres.

On a plus de chances de l’observer en soirée ou la nuit par temps très humide, s’il ne fait pas trop froid.

salamandre_tachet‚e_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 1 sur 1 • Salamandre tachetée (Salamandra salamandra) © André Fouquet



Les tritons possèdent une queue aplatie latéralement ; pendant l’hiver, ils sont en phase terrestre, se cachant le jour sous les écorces, les bois morts ou dans les fissures de rochers, mais jamais très loin de l’eau. Au printemps, ils rejoignent une mare, voire un fossé, pour se reproduire.

Les tritons... En taille réelle
Sur la commune, on peut en rencontrer deux espèces, de tailles très différentes.

Le plus courant est le triton palmé (Triturus helveticus) qui ne dépasse pas 9 cm ; sa petite taille et sa teinte brun-jaunâtre lui permettent de passer facilement inaperçu. Le dessous est jaune pâle.

Plus rare, le triton marbré (Triturus marmoratus) est un peu plus forestier. En phase terrestre, sa robe est d’un très joli vert marbré de noir, avec une ligne dorsale orange. En phase aquatique, le mâle porte une crête dorsale noire rayée de bandes jaunâtres. Le dessous est toujours sombre.

triton_palme_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 1 sur 2 • Triton palmé (Triturus helveticus) © André Fouquet

triton_marbre_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 1 sur 2 • Triton marbré (Triturus marmoratus) © Bernard Trebern


error: Le contenu est protégé !