Atlas de la biodiversité communale
Les oiseaux


Les grives

De même aspect que le merle noir, les grives s’en distinguent par leur plumage plus contrasté : le dessus est brunâtre uni tandis que le dessous est clair, rayé ou tacheté de sombre. Autre différence, chez les grives, mâle et femelle sont semblables.

Quatre espèces de grives fréquentent régulièrement la Bretagne : la musicienne et la draine y sont sédentaires alors que la mauvis et la litorne ne viennent chez nous que l’hiver.


Grive musicienne
La grive musicienne est sans doute la plus courante, fréquentant notamment les bois et les jardins. Brun chaud dessus, elle présente une teinte jaunâtre sur les flancs avec des raies sombres bien marquées.
Entre fin février et mai, le mâle fait entendre son chant tôt le matin et en fin de journée. Très sonore, il est composé de motifs très variés mais se reconnaît assez facilement car l’oiseau répète souvent deux ou trois fois ces motifs.
Sa présence peut être détectée aussi par ses « enclumes », pierre plate ou bout de muret où elle brise la coquille des escargots dont elle se nourrit.


Grive draine
Bien plus grande et plus farouche, la grive draine est aussi plus forestière. Le plumage apparaît très clair : dos gris assez pâle, le dessous blanchâtre moucheté de points noirs, et non pas rayé.

Elle chante très tôt, parfois dès le mois de janvier, au sommet d’un arbre haut. Le chant, plutôt monotone, est composé d’une strophe de quelques notes, répétée inlassablement.

Son cri roulé est aussi assez caractéristique.


Grive mauvis
Légèrement plus petite que la grive musicienne, la grive mauvis s’en différencie par un épais sourcil crème et les flancs roux.

Arrivant chez nous fin octobre et repartant en mars, elle se rencontre en petits groupes dans les bois et les fourrés, rarement à découvert. Cette grive apprécie particulièrement les fruits du lierre et du cotoneaster, et comme le merle, cherche aussi sa nourriture en retournant les feuilles mortes.


Grive litorne
La grive litorne hiverne également en Bretagne, de novembre à mars. C’est une grosse grive au plumage très bariolé : tête gris souris, dos brun, croupion gris et queue noire pour le dessus ; la gorge est roussâtre et le ventre blanc rayé de noir.
En petites troupes, elle fréquente les espaces ouverts, les champs et apprécie particulièrement les vergers où elle se nourrit de fruits tombés à terre.

grive_musicienne_01_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 1 sur 9 • Grive musicienne © André Fouquet

grive_musicienne_02_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 2 sur 9 • Grive musicienne © André Fouquet

grive_musicienne_03_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 3 sur 9 • Grive musicienne enclume © André Fouquet

grive_draine_01_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 4 sur 9 • Grive draine © André Fouquet

grive_draine_02_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 5 sur 9 • Grive draine © André Fouquet

grive_mauvis_01_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 6 sur 9 • Grive mauvis © André Fouquet

grive_mauvis_02_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 7 sur 9 • Grive mauvis © André Fouquet

grive_litorne_01_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 8 sur 9 • Grive litorne © André Fouquet

grive_litorne_02_1200x800

Atlas de la biodiversité communale • image 9 sur 9 • Grive litorne © André Fouquet


error: Le contenu est protégé !